menu
Panier
Retour

Le CBD n'est ni dangereux, ni addictif, déclare l'OMS

10 sep 2019
2 min
Hunter Burroughs
Hunter Burroughs

En novembre 2017, l'OMS ( Organisation Mondiale de la Santé ) a publié un rapport de 27 pages sur le CBD ( cannabidiol ) dans lequel l'organisation a déclaré que le CBD n'était pas dangereux et n'était pas addictif. Alors que la plupart des personnes ayant consommé du CBD pour diverses raisons de santé étaient déjà au courant grâce à leur expérience anecdotique, ce rapport a été un des premiers soutiens au CBD par une organisation si grande et réputée.

Le rapport de l'OMS portait uniquement sur le CBD et met à jour les progrès de la science dans la résolution de certains malentendus passés au sujet du cannabinoïde. L'OMS est une agence spécialisée de l'ONU jouissant de la confiance des nations, des gouvernements et des particuliers du monde entier. C'est la raison pour laquelle ce nouveau rapport a joué un rôle clé dans le façonnement de la réputation du CBD après sa publication.

Le rapport contient bien sûr des informations allant bien au-delà du simple verdict du « ni dangereux ni addictif ». Mais avant d'entrer dans les détails, il est important de préciser ce qu'est l'huile de CDB et les effets qu'elle peut avoir.

Le CBD, qu'est ce que c'est ?

explication du cannabidiol

On trouve plus d'une centaine de cannabinoïdes différents dans la plante de cannabis. Parmi eux, le CBD est l'un des plus abondants, juste après le THC. Contrairement au THC, le CBD n'est pas psychoactif. Il est donc considéré comme plus utile pour des applications médicales. Après tout, une personne cherchant à soulager une douleur chronique pourrait ne pas être intéressée par un médicament lui infligeant des effets secondaires psychoactifs. Les variétés de cannabis à forte teneur en CBD commencent à gagner en popularité, mais la plupart contiennent encore du THC.

Heureusement, on trouve du CBD dans les deux types de cannabis, et pas seulement dans la « marijuana ». Le chanvre industriel, l'autre type de cannabis, a des concentrations de THC proches de 0%, et c'est pourquoi le CBD utilisé dans les compléments provient généralement du chanvre, qui contient très peu de THC. Des techniques d'extraction du CO2 sont généralement utilisées pour extraire le CBD du chanvre sans y ajouter les sous-produits toxiques d'autres solvants comme le butane.

Quels sont les effets produits par le CBD ?

l'effet du cannabidiol

Le CBD est de plus en plus populaire auprès des consommateurs, tant médicaux que récréatifs. Des crèmes au CBD sont utilisées pour hydrater la peau et combattre les symptômes de conditions comme l'eczéma ou l'acné. Ceci, ainsi que la capacité du CBD à soulager la douleur, est en grande partie due à ses propriétés anti-inflammatoires prouvées scientifiquement.

Le CBD n'a pas d'effets psychoactifs, mais il garde une capacité à relaxer ceux qui le consomment, et pourrait réduire la sévérité de l'anxiété et de la dépression. Plusieurs publications ont rapporté que grâce à ces caractéristiques, le CBD était efficace seul mais aussi en combinaison avec le THC et d'autres cannabinoïdes. Lorsque le cannabis est fumé, le CBD agit pour contrer certains des effets les moins agréables du THC, comme la perte de mémoire à court terme, et parfois l'anxiété. En effet, le CBD agit comme un antagoniste des récepteurs CB1 du système endocannabinoïde, alors que le THC est un agoniste de ces mêmes récepteurs.

Le CBD s'est également révélé prometteur en tant qu'agent anticancéreux. Il a été démontré en laboratoire qu'il tuait les cellules cancéreuses du sein, bien que l'étude ait été menée sur des cellules isolées plutôt que sur des cellules hébergées dans un corps d'humain ou de rongeur. Il a également été démontré que le CBD ralentissait la croissance des tumeurs. Alors que la recherche se poursuit, nous pouvons espérer que le CBD puisse bientôt être utilisé efficacement dans de nouveaux traitements contre le cancer.
L'industrie du CBD a également commencé à l'utiliser en tant qu'ingrédient dans les compléments alimentaires visant à améliorer sommeil. Le CBD n'est pas, techniquement, un sédatif, mais il est connu pour aider à réguler les cycles du sommeil en conjonction avec d'autres composés comme la mélatonine.

E-liquide au CBD: ses effets et ce qu'il faut savoir
Related post
E-liquide au CBD: ses effets et ce qu'il faut savoir

Le rapport de l'OMS en détails

La version intégrale du rapport de l'OMS peut être consultée sur le site web de l'organisation. La lecture se fait rapidement, mais nous allons évoquer ses points principaux ici. Le rapport couvre ce qu'est le cannabidiol, sa chimie, ses utilisations médicales actuelles, sa pharmacologie, sa toxicologie, et le potentiel de dépendance et d'abus du composé. Le rapport complet est long de 27 pages. 27 pages d'information précise, impartiale et prouvée.
Dans les sections du rapport traitant du potentiel de dépendance ou d'abus du CBD, l'OMS a adopté une position sans précédent pour une organisation aussi importante et influente. Un article complémentaire de l'OMS affirme que « les preuves actuelles montrent également que le cannabidiol n'est pas susceptible d'être abusé ou de créer une dépendance » ... Le cannabis ne contient aucun composé pouvant induire une dépendance chimique.

Les effets psychoactifs du THC peuvent cependant être associés au plaisir, ce qui peut conduire à une dépendance psychologique ou à une addiction. Heureusement, ce risque est relativement faible.
Le rapport complémentaire poursuit en déclarant qu'il a été conclu que « les informations actuelles ne justifient pas l'inscription du cannabidiol en tant que drogue ». Le document faisant l'objet de cet article est un rapport préliminaire. En plus de la publication de ce document, l'OMS a prévu un examen complet du cannabis pour mai 2018.

Ce rapport préliminaire a été une excellente nouvelle, puisqu'il a donné aux pays du monde entier une raison de commencer à repenser leur législation sur le cannabis, ou du moins sur le CDB. Le rapport a démontré que le CDB était inoffensif, rendant son illégalité quelque peu ridicule ( surtout quand on connaît ses grands avantages pour la santé ). Avec l'avancée des recherches sur le sujet, il est probable que d'autres parties de la plante de cannabis se retrouvent, dans le futur, rétrogradées dans le classement des drogues de l'OMS.