menu
Panier
Retour

Tout ce que vous devez savoir sur la psilocybine

21 nov 2019
12 min
George Mouratidis
George Mouratidis

Que vous ayez envie de tester la psilocybine pour tripper ou que vous soyez simplement intéressé par le sujet, vous êtes au bon endroit. Je vais couvrir dans cet article tout ce que vous pourriez avoir besoin de savoir (ou tout ce que vous aimeriez savoir) sur la psilocybine et, par extension, sur les « champignons magiques » desquels elle provient. Pour commencer, qu'est ce qu'un champignon magique, exactement ?

Le terme « champignon magique » (ou « champignon hallucinogène ») se réfère en fait à des centaines de différentes espèces de champignons contenant de la psilocybine, et non pas une seule. Fait intéressant, tous les champignons contenant de la psilocybine ne sont pas nécessairement étroitement liés. Ils peuvent en fait provenir de plusieurs genres. Les trois types de champignons magiques les plus communs sont l'Amanite tue-mouche, l'Ergot du seigle et de nombreuses espèces spécifiques de champignons du genre bien nommé des psilocybes.

Comment fonctionne la psilocybine ?

le effet de votre corps

La psilocybine est le composé chimique responsable des effets psychoactifs des champignons magiques, bien qu'elle n'ait pas d'effet direct. Avant de pouvoir se lier aux neurotransmetteurs du corps, le corps doit convertir la psilocybine en psilocine. Un peu comme les autres psychédéliques « classiques » (l'acide LSD et la mescaline), la psilocine est structurellement très similaire au neurotransmetteur naturel qu'est la sérotonine. Cette similitude est ce qui permet à la psilocine de se lier aux récepteurs 5-HT2A présents dans tout le système nerveux central.

Bien sûr, ces récepteurs ne sont censés se lier qu'à la sérotonine. Quand ils se lient avec la psilocine au lieu de la sérotonine, les effets psychédéliques du composé sont alors ressentis. Les effets subjectifs peuvent être racontés, mais les scientifiques ne savent toujours pas exactement comment la substance les provoque. Une théorie populaire veut que la psilocybine supprime les parties du cerveau responsables du filtrage de l'information que nous percevons par nos sens. Cela expliquerait les fortes sensations que de nombreux consommateurs décrivent, et pourrait expliquer certains des changements psychédéliques de la perception qui donnent l'impression de modifier la réalité.

Histoire

Cubensis champignons

Des gravures rupestres dans les montagnes de l'Algérie semblent représenter l'utilisation de champignons magiques. Une sculpture montre deux humains masqués tenant des champignons dans leurs mains droites, avec des lignes pointillées reliant les champignons au sommet de leur tête. Pour certains chercheurs, cela semble suggérer une connaissance des propriétés psychoactives du champignon. Une autre sculpture semble représenter un être immense, masqué, ressemblant à un Dieu, avec des champignons poussant sur ses mains, ses bras, son dos, et ses jambes. Si ces représentations sont, en effet, des preuves de l'utilisation des champignons magiques, alors l'humanité les utilise depuis un certain temps. Les historiens ont estimé que ces sculptures avaient été réalisées entre 4 000 et 7 000 ans avant notre ère.

Il existe des preuves qu'en Amérique centrale, des milliers d'années plus tard (peut-être autour de 500 à 1 000 ans avant notre ère), les peuples du Mexique et du Guatemala actuels se sont servis des champignons à psilocybine en tant qu'enthéogènes : des outils pour aider leurs chamans à communier avec le monde spirituel, et à obtenir des informations spirituelles inaccessibles aux autres. L'Occident n'en savait que peu sur les champignons jusqu'à ce que, bien plus tard, R. Gordon Wasson ai publié un article sur son expérience avec les champignons magiques au Mexique en 1955. En 1960, Timothy Leary a commencé à mener des expériences avec la psilocybine. Malheureusement, cela n'a duré que trois ans, Leary s'étant fait renvoyer de Harvard en 1963. La réalisation de nouvelles expériences avec la psilocybine a alors été arrêtée. En 1968, les États-Unis ont totalement interdit la psilocybine au niveau fédéral... mais nous en parleront plus en détail plus loin dans l'article.

Il est aussi possible que l'histoire de la consommation de psilocybine par l'Homme remonte à encore plus loin. En fait, elle pourrait même précéder l'humanité. Du moins, la version de l'humanité que nous connaissons. L'un des plus ardents défenseurs de la psilocybine (ainsi que d'autres enthéogènes) était un homme nommé Terence McKenna. Il était ethnobotaniste, mystique et psychonaute. En 1993, dans son livre Food of the Gods (La nourriture des dieux), il propose sa théorie du « singe défoncé » de l'évolution humaine.

Cette théorie suggère que les champignons magiques sont en fait en partie responsables de la dernière phase de l'évolution humaine. Selon cette théorie, les Homo erectus ont commencé à migrer vers le nord quand la désertification de l'Afrique les ont obligé à chercher un environnement plus hospitalier. Nous savons que le cerveau de l'Homo erectus a commencé à évoluer plus rapidement à partir de cet évènement, mais nous ne savons pas pourquoi. La théorie de McKenna dit que, sur son chemin vers le nord, l'Homo erectus voyageait derrière des troupeaux de bétail, qui étaient eux aussi à la recherche d'un environnement plus approprié. Les Homo erectus auraient trouvé des champignons Psilocybe cubensis car ils poussaient dans les excréments du bétail. Puis, à mesure que la nourriture se raréfiait, ils les auraient probablement mangés. Ensuite, selon McKenna, « la nourriture nous a donné une conscience supérieure ».

Selon McKenna, la psilocybine aurait donné à ces premiers humains un sens accru de la vision et une plus forte libido. La psilocybine stimule également la partie du cerveau en charge du langage. Une meilleure vue aurait conduit à plus de succès dans la chasse, et une plus grande libido aurait conduit à un taux plus élevé de procréation. Ces deux facteurs auraient aidé l'Homo erectus à se propager rapidement et à prospérer. Il n'existe aucune preuve pour l'instant pour appuyer cette théorie (et il n'y en aura peut-être jamais), mais elle est plausible.

Quant à l'idée que la psilocybine ait aidé Homo erectus à développer le langage, il n'est pas difficile d'y croire. La psilocybine est connue pour « diminuer l'interconnectivité des centres d'intégration du cerveau ». En d'autres termes, elle permet à des parties du cerveau normalement séparées de se parler, développant des connexions normalement impossibles. L'un de ces liens inhabituels a peut-être amené nos ancêtres à développer leur langue.

Effets physiologiques

trébucher

En ce qui concerne les effets physiologiques et physiques, la psilocybine ne provoque que des changements mineurs à l'état naturel du corps. Elle peut causer des étourdissements mineurs, de la fatigue et des nausées, mais ces effets ne sont généralement pas significatifs. Pendant un trip, les pupilles du consommateur se dilatent, ce qui explique en partie pourquoi les couleurs apparaissent bien plus lumineuses. Il a également été démontré que la psilocybine augmentait brièvement la pression sanguine, ainsi que les taux de TSH (hormone thyroïdienne stimulante), de prolactine, de cortisol et d'hormone adrénocorticotrope. Cependant, au cours de l'étude, tous ces changements étaient mineurs et sont revenus à la normale dans les cinq heures.

Effets psychologiques et perçus

une expérience intense

Un trip sous psilocybine peut être une expérience intense, ouvrant les yeux, et parfois transcendante. De nombreux consommateurs décrivent leurs trips comme irréels ou hyper-réels (comme des rêves qui semblent être la réalité), ce qui paraît logique. Les conclusions de l'Imperial College de Londres ont en effet montré que l'activité du cerveau des individus en plein trip sous psilocybine était très similaire à l'activité du cerveau pendant les rêves.

Les changements les plus forts causés par la psilocybine sont les altérations du sens sur lequel nous comptons le plus dans notre vie quotidienne : notre vue. Les déformations visuelles causées par la psilocybine peuvent par exemple prendre la forme de murs qui respirent, comme s'ils se gonflaient puis se rétractaient. Vous pouvez aussi voir les couleurs changer, et devenir plus profondes et plus lumineuses. Vous pourriez aussi voir des motifs apparaître dans ce que vous regardez, qui sont des tentatives de votre cerveau « d'organiser » ce qu'il voit. Il peut s'agir de motifs géométriques, ou de miroir. Par exemple, en observant la bordure d'une forêt, vous pourriez remarquer que tous les arbres sont les mêmes, comme si un seul arbre avait été copié-collé des dizaines de fois.

Vous pourriez remarquer que d'autres sens, tels que le goût, le toucher et l'ouïe, sont également altérés. Le temps peut avoir l'air de passer extrêmement lentement, ou extrêmement rapidement. La psilocybine peut vous faire vivre des émotions plus intenses, et peut réduire l'activité des parties du cerveau impliquées dans la conscience de soi. Vous pourriez également éprouver un sentiment accru d'empathie, ainsi qu'un sentiment plus profond d'unité et de connexion avec d'autres personnes et avec le monde qui vous entoure. En comparant la psilocybine au LSD dans Psychedelics Encyclopedia, Peter Stafford écrivait que l'expérience de la psilocybine semblait « être plus confortable, pas aussi forte et moins isolante. Elle tend à créer des liens entre les personnes, qui communiquent souvent bien plus que lorsqu'elles sont sous LSD ». Ces pensées sont reflétées par des preuves anecdotiques de nombreux autres consommateurs, qui voient souvent les champignons magiques comme une expérience plus douce, plus facilement contrôlable et plus appréciée que le LSD.

Effets secondaires et dangers

le bon environnement

Aucune drogue n'est sans risque. Toutefois, selon une étude, la psilocybine est la troisième drogue la plus sûre utilisée à des fins récréatives. Elle envoie aussi moins de gens aux urgences que l'alcool ou le cannabis, les deux drogues récréatives les plus populaires. Il est possible de réduire la gravité de ses dangers et les chances de leur occurrence en vous assurant d'être dans un cadre calme et paisible. Nous en parlerons plus en détail plus loin dans l'article.

Les risques à court terme de l'utilisation de la psilocybine incluent l'anxiété, le bad trip, une conscience altérée, et, dans certains cas, un épisode psychotique. Toutefois, toutes ces conditions disparaissent une fois que le trip s'amenuise. L'anxiété est toujours un effet secondaire potentiel, mais elle peut être la plupart du temps atténuée en se déplaçant dans une autre pièce, en écoutant de la musique apaisante ou en participant à une autre activité pour réduire votre niveau de stress. La « conscience altérée » est un peu évidente. Si vous vivez le monde qui vous entoure légèrement (ou carrément) différemment de la normale, vous prendrez évidement des décisions légèrement différentes. C'est une autre raison pour laquelle il est important d'évoluer dans un environnement sécurisé et familier pendant un trip. Il est possible qu'un trip sous psilocybine déclenche un épisode psychotique, mais il est peu probable chez les individus sains. Même si un tel épisode se produit, il devrait prendre fin en même temps que le trip. Certaines personnes devraient cependant éviter la psilocybine et les champignons magiques : toute personne ayant des antécédents familiaux de schizophrénie, de trouble bipolaire, ou tout autre trouble psychotique. Pour ces personnes, un bad trip a une plus grande chance de déclencher une psychose temporaire ou persistante, et peut même déclencher une schizophrénie qui ne s'était pas encore manifestée. Il est recommandé à toute personne ayant des antécédents familiaux de troubles psychotiques d'éviter complètement la psilocybine (et d'autres psychédéliques).

Il semblerait qu’il soit possible de développer un syndrome post hallucinatoire persistant, ou HPPD en anglais. Ce trouble est essentiellement une altération continue, généralement intermittente de la perception visuelle après la consommation d'hallucinogènes. Cela se traduit habituellement par de petites distorsions, comme des murs qui semblent respirer pendant quelques instants avant de revenir à la normale. C'est heureusement un trouble relativement rare, avec une prévalence de seulement 0,12% chez les personnes ayant consommé des psychédéliques, selon une étude. Le HPPD semble être plus fréquent chez les personnes qui consomment beaucoup de psychédéliques, plutôt que chez les consommateurs occasionnels, et il est bien plus fréquent chez les consommateurs de LSD que chez les consommateurs de psilocybine.

Le risque le plus commun (mais qui reste peu probable) de la consommation de psilocybine est celui de faire un bad trip. Ceux-ci sont caractérisés par une anxiété aiguë, une panique, et la perte temporaire de la capacité de la personne à se connecter à la réalité. Le monde peut sembler soudain irréel, comme si vous étiez dans un rêve, et peut survenir un sentiment de déconnexion avec la réalité et même avec soi-même. Ces effets sont connus comme la déréalisation et la dépersonnalisation, respectivement. Heureusement, ils disparaissent quand le trip s'estompe.

Les expériences psychédéliques peuvent être intenses, profondes et prendre un certain temps par la suite à digérer, que l'expérience ait été positive ou négative. Si vous faites un bad trip, gardez cela à l'esprit. Certaines pensées négatives peuvent persister pendant des semaines, voire des mois, mais la plupart d'entre elles disparaissent avec le temps. En fait, la plupart des gens ayant vécu un bad trip le décrivent comme une expérience positive sur le long terme. Les psychédéliques vous permettent d'expérimenter de nouvelles choses et d'avoir des pensées nouvelles. Pour cette raison, de nombreux amateurs préfèrent le terme « trip difficile » plutôt que « bad trip », car même une expérience difficile peut enseigner de précieuses leçons. Cela étant, il est tout de même préférable d'éviter un trip « difficile » si vous le pouvez... Aller, passons à la suite.

Psilocybine et psilocine
Related post
Psilocybine et psilocine

Environnement et état d'esprit ( et sécurité )

La psilocybine est certes l'une des drogues les plus sûres (en tout cas l'un des hallucinogènes les plus sûrs) mais malgré tout, il est important de la consommer en toute sécurité. Si vous n'avez pas d'antécédents familiaux de certains troubles qui peuvent être exacerbés par la consommation de psilocybine, la prochaine étape est de vous assurer que vous ne preniez pas de médicaments ayant des interactions avec la psilocybine. Une fois que vous aurez effectué cette vérification, la sécurité se résume généralement au dosage, à la préparation et à l'environnement.

Si vous envisagez de prendre de la psilocybine ou des champignons magiques pour la première fois, commencez avec une petite dose. Tripsafe recommande 0,8 grammes de champignons séchés pour commencer. Notez cependant que dans les champignons eux-mêmes, la psilocybine peut ne pas être répartie uniformément dans le pied et le chapeau. Il est donc possible d'en prendre un peu plus ou un peu moins que vous ne l'aviez prévu. Si vous voulez un dosage plus précis, vous pouvez consommer des truffes magiques ou des sclérotes  à la place. Ce sont des parties différentes du corps fongique de la même plante dans lesquelles la psilocybine est distribuée plus uniformément. Tout ce que vous avez à faire est de les peser, et vous saurez exactement combien vous prendrez.

Ensuite, éduquez-vous avant de tripper.  Certaines personnes recommandent de faire cette expérience à l'aveugle, sans attente particulière, mais ce n'est pas la bonne façon de faire. Il a été constaté que, lors de leur participation à des études, même des personnes n'ayant aucune expérience avec les psychédéliques pouvaient prendre en toute sécurité de fortes doses de psilocybine si elles ont été préparées à l'avance aux effets de cette drogue. C'est logique, si des choses étranges se produisent et que vous n'êtes pas préparé, ces choses peuvent être alarmantes, voire même terrifiantes. Mais dans de nombreux cas, si vous avez conscience que ces effets sont temporaires, vous pouvez alors vous détendre et attendre que ça passe.

Venons-en à l'état d'esprit et à l'environnement. « L'état d'esprit » dans ce contexte, évoque le niveau de confort mental dans lequel vous vous trouvez. Vous devez être dans un état d'esprit sain avant de prendre de la psilocybine, et vous devez être mentalement stable. Si vous êtes souvent stressé, anxieux ou déprimé, mais que vous avez quelques bons jours ensuite, ce n'est peut-être toujours pas le moment de tripper. Attendez d'être dans un état d'esprit positif, cohérent et stable. La psilocybine augmente l'empathie et intensifie les émotions. Vous devez donc être libéré de vos émotions négatives persistantes avant de vous embarquer dans un trip.
Ayez quelqu'un avec vous pendant votre trip, et assurez-vous qu'il soit là pendant la totalité de celui-ci. Ce "trip-sitter" doit être quelqu'un en qui vous avez confiance, quelqu'un que vous connaissez bien, et quelqu'un avec une certaine expérience des psychédéliques afin qu'il puisse comprendre (dans une certaine mesure) ce que vous êtes entrain de vivre.

Et maintenant l'environnement. Cette partie est cruciale pour s'assurer un trip sans encombre. Un trip peut être très stimulant, car certaines parties de votre cerveau sont connectées alors qu'elles ne le sont pas en temps normal, et davantage d'informations sensorielles atteignent votre cerveau. Cela peut être fascinant et agréable, mais cela peut aussi être encombrant. Certains consommateurs expérimentés aiment les festivals de musique et autres lieux tout aussi trépidants. C'est un choix que vous devez prendre, mais ce n'est certainement pas recommandé pour les consommateurs débutants. Si vous êtes entouré de lumières, de sons, et d'inconnus, vous n'aurez nulle part où aller si votre trip commence à devenir difficile. Pour cette raison, vous devez consommer la psilocybin (si vous décidez d'en prendre) dans un cadre agréable, sûr, et familier, avec des gens que vous connaissez bien. Gardez des écouteurs et une paire de lunettes de soleil sur vous. Si vous vous sentez trop stimulé, vous pourrez les utiliser pour bloquer certaines informations du monde extérieur afin de reprendre vos repères.
Notez également que « l'expérience de trip » complète englobe plus que le trip en lui-même. Elle englobe également les semaines ou les mois qui suivent, pendant lesquels vous prenez du recul sur l'expérience et vous l'assimilez dans votre vie quotidienne. Il est recommandé, avant de vous refaire un trip, d'attendre d'avoir complètement « digéré » votre trip précédent.

Certains amateurs avancent que la consommation de petites quantités d'alcool, comme une bière ou deux, peut aider à réduire l'anxiété qui accompagne le trip. Les benzodiazépines peuvent contrer un trip sous psilocybine, en adoucissant ses effets psychoactifs. Pour cette raison, certains consommateurs gardent des benzodiazépines comme le Xanax à portée de main en cas de bad trip. Le cannabis peut augmenter les effets de la psilocybine, mais des preuves anecdotiques suggèrent qu'il pourrait aussi augmenter l'anxiété, surtout si c'est une variété à forte teneur en THC. Cela peut augmenter la probabilité d'avoir un trip difficile. À part cela, les effets de la psilocybine associée à d'autres médicaments n'ont pas fait l'objet de recherches approfondies, il est donc conseillé d'éviter de mélanger la psilocybine avec d'autres substances.

Légalité

Actuellement, la psilocybine (et les champignons ou sclérotes contenant de la psilocybine) est illégale dans la plupart des pays occidentaux. Le Canada et les États-Unis ont des vides juridiques un peu étranges : les kits de culture, les spores et le mycélium y sont légaux, mais la possession du champignon contenant de la psilocybine y est illégale. Denver, au Colorado, est une exception, cette ville ayant récemment décriminalisé les champignons à psilocybine. En Europe occidentale, l'Espagne, le Portugal, l'Italie, l'Autriche et la République tchèque ont décriminalisé ces champignons. Aux Pays-bas, les truffes magiques sont totalement légales, mais pas les champignons. La psilocybine est inscrite sur la liste des substances de catégorie I de l'ONU depuis 1971, mais à mesure que la recherche sur son usage médical se développe, nous verrons peut-être une modification de cette classification. Si vous êtes curieux et que vous avez envie de tester la psilocybine, vérifiez bien son statut juridique dans votre région.

Utilisations médicales potentielles

À la fin des années 90, l'intérêt scientifique pour la psilocybine a connu une résurgence, et la recherche a lentement reprise. Cette substance est maintenant étudiée comme traitement potentiel de la dépression et l'anxiété, ainsi que pour quelques autres problèmes de santé mentaux. Cela est dû en grande partie à la capacité de la psilocybine à augmenter la neuroplasticité, ainsi que sa capacité à temporairement rendre l'esprit plus malléable. La plupart du temps, nos cerveaux maintiennent un équilibre entre l'ordre et le chaos. Pour la durée d'un trip, la psilocybine fait pencher cet équilibre vers le chaos.

Cela peut vous sembler alarmant, mais ce chaos temporaire est exactement ce que veulent obtenir les scientifiques, et ce qui leur donne l’espérance de faire de la psilocybine un traitement efficace pour les troubles de la santé mentale comme la dépression. Le trip met temporairement l'esprit du consommateur dans le désordre, mais il revient à un état stable lorsque le trip se termine. Pour cette raison, un trip psychédélique pourrait avoir le potentiel de « réinitialiser » un cerveau malade. Le trip peut donner aux consommateurs une occasion de prendre du recul et d'examiner leurs systèmes de pensée malsains ou nocifs, d'examiner les croyances derrière ces modèles avec une nouvelle perspective, et de se libérer de ces modèles (espérons-le, dans une certaine mesure). Cela pourrait aider à traiter la cause de ces maladies mentales, plutôt que de simplement en contrôler les symptômes. La psilocybine est prometteuse, et elle pourrait bien être, dans les cinq ans, utilisée légalement dans les hôpitaux comme traitement pour dépression.